Membres: 0 member(s)

Partager ?

0

Clics ?

0

Viral Lift ?

0%

User's Tags

Autres articles

  • 26 Aug 2016
    Vers l'infini et au delà ! Et voilà, on m'avait proposé de faire ma prochaine chronique sur No Man's Sky, un jeu développé et édité par Hello Games sur PC et Ps4 an Août de cette année, et après plusieurs bonnes et grosses minutes passées sur ce jeu, je peux vous faire une critique un peu plus claire que "il est nul car trop vide" ou encore "nous n'avons rien à faire dans ce jeu". Bonne ou mauvaise critique ? Découvrez au fil des lignes et des mon analyse mon avis sur le jeu qui, je l'espère, vous donnera ou non envie de vous le procurer. Tout d'abord, No Man's Sky, qu'est-ce que c'est ? NMS est un jeu indépendant qui est un nouveau venu dans l'univers des jeux vidéo de science fiction. Prenez Interstellar en terme de sensation de liberté, mélangé le tout avec les effets spéciaux de Star Wars pour les voyages et PAF ! vous voilà dans un jeu proposant de multiple choses et des idées assez intéressantes aussi bien sur le plan graphique que sur le gameplay. Alors, pourquoi tant de haine envers ce jeu ? Pourquoi les joueurs ayant attendus avec impatience ce jeu sont sortis déçus voir même en rogne contre les développeurs ? Pour ma part, je comprends certaines de ces critiques et d'autres absolument pas. Je vous avoue, et pour mettre les points sur les "i". Le jeu n'est pas exelent mais n'est pas non plus une daube, il est moyen. Un monde ouvert et une vraie sensation de liberté Tout d'abord, lorsque que nous démarrons une partie sur No Man's Sky, la première chose qui claque est la direction artistique du jeu qui, je trouve, est une vraie petite merveille. Le jeu ne se veut pas réaliste et cela se sent à certain moment, et j'aime cela. Ensuite, c'est là que sa se gatte. Pas d'objectif à première vue, nous sommes largués dans l'espace sans quêtes précises. Nous devons le comprendre par nous même et cela peut refroidir quelques un d'entre nous. Pourtant, dans un sens, cela ne m'a pas géné pour autant. La première chose qui m'est venu à l'esprit et de pouvoir partir visiter la planète sur laquelle je me suis écrasé. Découvrir la faune et la flore et les petites grottes est assez plaisant. Après quelques minutes de balade sur ma planète. J'ai commencé à comprendre que pour pouvoir avancer dans le jeu, il fallait faire beaucoup, mais beaucoup de farming (récolter des ressources). Et cela ne s'arrete pas, il faudra toujours récolter des ressources pour pouvoir les vendres ou améliorer notre vaisseau, rien de plus. Ce qui est fort dommage étant donné que le jeu peut, dans un sens, donner la possibilité de faire autre chose avec nos ressources. Mise à part cela, la vraie sensation de liberté y est présente et le fait de décoller d'une planète et d'atterir sur une autre plus proche, avec l'animation juste sublime, est toujours jouissif. A vouloir viser les étoiles, nous nous sommes arretés sur la Lune C'est la que le jeu commence et où il se termine. Est-ce parce que c'est le début ? Est-ce parce qu'il faut vraiment continuer à parcourir l'univers ? Je ne sais pas. Mais de nombreux points m'ont fait comprendre que, pour son prix, ce jeu n'était pas pour moi. En effet, lors de sa présentation à l'E3, le jeu nous promettait énormément de choses comme l'altération des écosystèmes (par exemple, l'influence de notre passage). Mais comme la plupart des trailers de jeux, beaucoup sont mensongés et No Man's Sky en fait parti. Nous retrouvons bien le côté découverte de planète, mais sans le côté fun et plaisant de le faire. Le voyage entre différentes planètes pouvait être amusant, voir vraiment intéressant. Pourtant, il est transformé en une simple attente, demandant au joueur d'attendre 15min (réel) pour accéder à une autre planète. De quoi décourager certains de continuer l'aventure. De plus, l'idée d'un multi est tellement absurde, avec ces nombreuses planètes, que l'on vient à ce demander si oui ou non il existe vraiment. Même si l'intéret du jeu est de faire des découvertes, se sentir être le premier à poser le pied sur une nouvelle planète comme Neil sur la Lune, cela aurait été sympa de pouvoir le faire, au moins une fois, avec un ami. Mais non, au final, le mutli est inexistant et jamais vous ne pourrez rencontrer quelqu'un dans l'immensité de l'espace. Abandonner notre voyage ou pas ? Oui, le jeu est répétitif après 10h à voyager dans l'espace et à répéter les mêmes mouvements et mêmes quêtes. Oui, il est clair qu'après notre première forme de vie intelligente rencontrée, les autres sont plus un calvaire qu'autre chose. Oui, il est vrai que la modélisation aléatoire des espèces peut être catastrophique où l'algorithme même de génération des planètes peut sembler ne plus avoir d'idées de temps à autre. Oui, le jeu essaye d'être comme certains grands nom du jeu en piquant certain style comme le fabuleux FTL avec son côté "imagination", ou l'aventure de Starbound avec l'exploration des planète. Mais au final, derrière tout ses points négatifs, n'y a t-il pas des points important à retenir ? Des exemples à prendre en conssidération ? Et bien, voilà le vif du sujet. No Man's Sky n'est pas un jeu à oublier car il est encore tout jeune. Actuellement, nous pouvons plus voir le jeu comme un Early Access sur Steam car de nombreuses mise à jours arrivent d'ici peu de temps. Et pourtant, derrière toutes cette haine et le désespoir. Je retiens énormément de chose qui m'ont ému. La BO du jeu est une petite perle, le contrôle de vaisseau est fort typé arcade mais est tellement bien maîtrisé, la sensation d'être libre de faire ce que l'on veut est là, être le Christophe Colomb de l'espace est intéressant et l'idée de chercher sur les planètes des artefacts nous permettant de mieux comprendre le language de certaines espèces est super. Mais cela s'arrete ici, pas un de plus, pas un de moins, nous en sommes là. A ne pas perdre de vue Que pouvons-nous retenir de ce jeu au final ? Est-il bien ou pas ? Vaut-il le coût de débourser 60€ dans un jeu indépendant ? Pour ma part, le jeu ne mérite pas toutes cette haine, le jeu est bien, mais pas mémorable. Comme je l'ai dis, pour moi, le jeu est plus une sorte de Béta. Il aurait attendu encore 1 voir 2 années de plus avant sa sortie pour pofiner certains points cela ne m'aurait pas géner. Mais à l'état actuel, non, le jeu ne vaut pas le coût. Trop chère pour ce qu'il propose, et surtout, encore bugué à certain moment sur consoles. Mais ce n'est pas un jeu à oublier, il faut encore garder espoir. Je suis sur que, au final, le jeu nous cache encore beaucoup de choses. Mais à vouloir cacher au lieu de tout montrer d'un coup, celui-ci se vut perdre de nombreux fans et intéressés qui portaient (beaucoup) trop d'espoir en lui. Dans la même ligné, je vous conseil les jeux comme : - Starbound - FTL - Star Citizen (pour le vaisseau) - The Long Journey Home (à suivre de très TRES près) L'avis extérieur (de Sohae) " No Man's Sky : Au final c'est un jeu d'exploration et de détente. Ils ont mis l'accent sur la découverte et ça se ressent de suite puisque, hormis quelques lignes d'objectifs affichées en bas à droite de l'écran, on ne nous explique quasiment rien. Cet aspect là me rappelle un peu la série des Dark Souls. C'est un jeu pépère dont la difficulté n'est pas très poussée en terme de gameplay et qui permet donc de se détendre et de s'immerger complètement dans les différents mondes qui nous sont proposés. Ce qui m'a séduit c'est principalement la liberté que l'on a de choisir le chemin que l'on souhaite emprunter et donc les planètes que l'on souhaite explorer. La diversité des créatures et des planètes est vraiment impressionnante, tout comme le fait de pouvoir plonger, visiter d'énormes galeries souterraines, parcourir d'immenses étendues et bien sûr, voler dans les airs!     Les « quêtes » ne sont pas nombreuses mais permettent aussi de pouvoir se repérer dans ce vaste univers. Tout est ensuite personnalisable, du multi-outil, à la combinaison, sans oublier notre vaisseau. Le gros point négatif reste la répétitivité du jeu. A plus de 30 heures, on ressent en effet une lassitude pour certains aspects, comme le farming. Selon moi, c'est un jeu vraiment destiné aux joueurs "collectionneurs". C'est la seule chose qui permet de tenir au delà ;) Et le prix aussi est un gros point faible, 60€, j'avoue que c'est excessif! Mais, l'avenir nous dira si le hype autour de NMS (que je n'ai pas suivi, soit dit en passant) aura été justifié ou non si, bien sûr, les développeurs décident de bichonner ce petit jeu à travers de nombreuses updates."
    870 Posté par Aykoah
  • 23 Jul 2016
    Hello mes petits renards du web, j'espère que vous allez bien car aujourd'hui je débarque avec mes différentes chroniques sur des tests de jeux vidéo ou d'autre trucs en tout genre venant du web ou du monde du jeu vidéale. Alors, c'est parti ! Débutons cette toute première chronique sur le jeu Armello édité par League of Geeks et sortie le 1 Septembre 2015 sur Ps4 / Xbox One et PC au prix de 20€ (j'arrondis) Embarquez-vous dans un monde où le roi se voit corrompu par les ténèbres et où ses jours sont comptés. Serez-vous assez brave pour prendre son trône avec honneur ? en le tuant ou encore en tuant vos adversaires ? Votre stratégie primera-t-elle sur les autres joueurs ? A vous de savoir et de l'appliquer dans le jeu de Plateau Fantasy Armello !   Pas mal comme approche non ? En tout cas, voilà ce qui vous attends dans le monde d'Armello en terme d'histoire. Assez simple me direz-vous ? Oui, mais le fondement du jeu et sa conception fait de lui une petite perle en terme de réalisation. Ainsi, vous voilà plongé dans un plateau géant où 4 antagonistes s'affrontent pour récupérer le trône. Dans ces 4 joueurs, différents clans s'opposent : Les lapins / les loups / les rats et les ours (hors dlc). Ainsi, vous commencez le jeu, après le tutoriel fort sympathique, avec le choix entre 8 héros comportants chacun d'entre eux des atouts majeurs. Que cela soit de la force / de la magie ou encore de la spiritualité, les atouts vous permettra de faire la différence lors des parties. De plus, le système jours/nuits mise ne place durant la partie à une influence sur le héro que vous avez prit. En effet, un personnage de type loup sera aura des avantages la nuit qu'un lapin. De même pour les saisons, la neige ralentira certains personnages. Dis comme cela, le jeu reste des plus basique en terme de gameplay. Nous en trouvons un similaire du côté de Civilisation-lite aussi bien graphiquement qu'au niveau du jeu lui même. Alors, qu'est-ce qui fait que Armello se démarque des autres jeux dans son genre ? L'aventure Armello "Les grands héros portent le fardeau du voyage, non pas sur leurs épaules, mais dans leur cœur" .Telle est la citation lorsque vous démarrez le jeu suivit d'une magnifique cinématique nous mettant en scène les 4 héros principaux. Voilà ce qui fait que Armello est une petite perle, sa narration. En effet, le jeu, à la différence de ses cousins, s'offre un côté Rpg en vous proposant des quêtes et aventures scénarisées, ayant pour but de vous offrir une autre stratégie pour vous procurer le trône en aidant, par exemple des villages et gagner du prestiges, indispensable durant vos parties.   Je ne vais pas parler ici du gameplay qui se résume au tours par tours de chaque joueurs / la possibilité de conquérir des villages vous permettant d'avoir des pièces d'or (utile pour acheter des cartes que vous gagner durant le jeu, sous forme d'objet / de sort et de ruse dans le but de booster votre personnage ou de ralentir la progression de vos adversaires). Le système de combat avec un lancé de dés, comme un vrai jeu de plateau, mais mettant un point d'honneur sur l'idée de pouvoir "bruler" vos cartes pour vous octroyer un avantage durant le combat reste assez basique. Ou encore le fait de placer des pièges et autre. Voilà le gameplay de Armello au plus simple. Le fait de ne pas vous en dire plus est dans le but de vous laisser découvrir le jeu. Mais je ne m'arrête pas là pour autant car, pour ma part, Armello est bien plus qu'un petit jeu de reflexion et de stratégie. Entre le chaos et la lumière Pourquoi j'aime Armello ? Vous l'aurez sans doute compris depuis le début, son gameplay est très intéressant avec l'idée d'incorporer des cartes pour pimenter le jeu. Mais c'est surtout son côté RPG où les quêtes sont différentes selon vos actions et votre personnage. Certaines quêtes auront, par exemple, comme but de sauver un village en détresse ou, pour d'autre, de faire fuir des pillards et de récupérer leur butin. Le tout accompagnées de magnifique artwork, ce qui fait de ce jeu une petite perle scénaristique et visuelle. Personnellement, le point fort de Armello vient aussi de ses différentes manières d'atteindre le trône. Ainsi, vous pouvez : Tuer le roi Avoir plus de prestige que le roi Etre plus atteint de ténèbre que le roi Récupérer 4 pierres spirituelles pour éliminer le roi Le fait de nous offrir le choix dans nos actions, aussi bien dans les quêtes que hors quêtes, est intéressant pour un jeu posant un tel univers. C'est ce qui fait que Armello se démarque réellement de ses frères. Le point négatif de ce jeu et la prise en main parfois compliqué / hasardeuse ou même la frustration de perdre beaucoup de parties, même contre l'ordinateur, tellement le jeu demande de l'implication de la part du joueur qui doit connaître son héro par coeur et surtout le fait qu'il doit apprendre à s'adapter aussi vite que ses adversaires. N'est-ce pas aussi ce qui fait le charme du jeu après tout ? Un Voyage visuel avant tout Armello à donc le mérite d'exister, et surtout à le besoin de ce faire connaître d'avantage. Il est un jeu mais avant tout une petite histoire de développeurs ayant demandés du soutien sur kickstarter et, désormais, volent de leurs propres ailes et nous propose des personnages aussi bien charismatique que fun à jouer et à collectionner en figurines. L'ajout de différent dlc et de nous personnages, engendrant de nouvelles histoires, et toujours appréciable après plusieurs heures passés sur le jeu. A vous de choisir, désormais, votre clan. A vous désormais, de conquérir le trône du roi déchu et de faire regner sur le monde magique d'Armello ! C'était le renard bleu, Enjoy !  
    779 Posté par Aykoah
  • 09 Sep 2016
    "L'homme est un loup pour l'homme" Hello les amis, je suis content de vous retrouver pour une nouvelle chronique malgré le fait que je suis malade au moment où j'écris ses lignes pour vous. Après une deuxième tentative pour savoir qu'elle serait le thème de la prochaine chronique, je suis heureux de voir qu'il s'agit, une nouvelle fois, d'une chronique basée sur un personnage de Bd. Mais vous ai-je dis que je n'allais faire que des super-héro ? Allez... soyez pas dégoutés, je suis sur que peu d'entre vous connaisses ce bon vieux John Blacksad, un enquêteur au poil ! Qu'est-ce que Blacksad ? Est-ce un BD comme les autres, souvent basée sur l'action ou encore l'humour en général ? Non... Blacksad c'est avant tout un univers, un style graphique et une ambiance de polar vachement noir qui, par quelque tours de passe-passe, critique notre société ou des moments de notre société (la traite des noirs / discrimination / argent ou encore pouvoir). Bref ! Je suis heureux de vous permettre de découvrir cette franchise qui, je vous le dis d'avance, et l'une de mes meilleurs dans ma bibliothèque (surpassant même les comics) ! Plongez, et découvrez un univers sombre Tout d'abord, et comme je sais que certains d'entre vous ne connaisses pas cette série, comme d'habitude je vais remettre tout le monde sur le même pied d'égualité. Après, à la différence de ma première chronique faite sur Spawn, je vais ici parler que du héro et de ses connaissances ainsi que sur l'univers graphique en général (car oui, en tant que dessinateur, je m'intéresse surtout au style employé par les créateurs), pas de l'histoire même. (peur que je vous gache ce chef-d'oeuvre graphique) Blacksad est une série de bande dessinée avec, comme héro principal, John Blacksad. A noter que l'univers de Blacksad est totalement anthropomorphique, les animaux se comportent comme des humains. Je vous vois venir, encore un "furry" ici. Oui et non, laissez-vous guider et découvrez l'intêret pour les personnages. La Bd est, pour l'instant, composé de 5 volumes créées et dessinées par Juanjo Guarnido et Juan Diaz Canales. La première bande dessinée, nommée "Quelque part entre les ombres" est sortie en 2000 en France et, lors de sa sortie, à fait un énorme carton auprès des amateurs d'enquêtes policières. Avec un tel carton, les deux-auteurs décidèrent de continuer l'aventure et sortir, dans l'ordre : Artic-Nation / Ame Rouge / L'enfer, le silence et Amarillo (le dernier pour l'instant et mon préféré). Vous vous rappelez lorsque je vous ai dis que tout les personnages étaient des animaux ? C'est bien pour une raison, en effet, chaque animal est associé à un très de caractère. Ainsi, un lion ou encore un ours sont des gagnant, des dirigeants. Tandis que les petits oiseaux ou encore les chats, dans notre cas, sont ou viennent de la rue, " Avant je courais devant la police, maintenant c'est moi qui cours après les méchants ". John Blacksad, notre héro, est un enquêteur privé qui tombe souvent dans des enquêtes assez tordu. Voilà ce que vous donnes à voir et à vivre la BD Blacksad, où le premier volume vous acceuille avec l'enquêteur face à un meurte, et où ses premières paroles sont " Il y a des matins où l'on a du mal digérer son petit déjeuner... surtout si on se retrouve devant le cadavre d'un ancien amour ". De quoi donner le ton à la série ! "Parfois, quand j'entre dans mon bureau, j'ai l'impression de marcher dans les ruines d'une ancienne civilisation. Non à cause du désordre qui y règne, mais parce que certainement cela ressemble aux vestiges de l'être civilisé que je fus jadis" J'ai, ici, parlé du personnage principal. Au final, c'est un personnage assez courant. Un enquêteur solitaire qui tombe sur des enquêtes étranges, voir violentes, et qui aime fourrer son nez dans les affaires de la police. Assez banal mais, pourtant, le personnage à quelque chose d'intéressant. Aussi bien, des les premières pages, nous ne savons rien du personnage, pourtant, le style graphique employé par les artistes donne cette impression de... déjà vu ? Comme si, dans un certain sens, nous savons que ce personnage est rongé de l'interieur et que nous le connaissons depuis un bon bout de temps pour ressentir les mêmes émotions. Rien que le fait de nous acceuillir, en première de couverture pour le premier tome, avec le regard de John, nous traduit cette haine et rage. Le style graphique, le voilà le point fort de la BD ! Tout d'abord, notons que l'univers se passe aux États-Unis des années 1950, une période... assez sombre et où la discrimination était assez grande. Ainsi, les affections avec le chat noir (car oui, les couleurs des personnages sont aussi marquées qu'à cette époque) fait qu'il est très rarement apprécié de ses collègues. Ensuite, tout les dessins sont à l'aquarelle avec, à première vu, un style fort carré, fort prononcé sur les trais du visages de chaques personnages. Pouvant donner, ainsi, des scènes d'une tension que je n'avais pas encore senti dans d'autre Bd. Maintenant que vous en savez un peu plus sur notre personnage. Parlons un peu de ses amis voyez-vous. Même si l'intérêt de cette chronique c'est de parler du héro, notre enquêteur a un compagnon de voyage. Un peu dans l'idée de Robin pour Batman. J'ai nommé, le sus-nommé Weekly (a vous de découvrir pourquoi !). Weekly est une fouine  journaliste travaillant pour What's news, un journal de sensation (dont les meurtres) , à la base, venant prendre des photos dans l'une des scènes tragiques que connait une ville. En effet, il tombe sur un citoyen s'étend pendu dans la ville, aux yeux de tous. Mais qui est sur l'affaire ? Bien evidément notre merveilleux chat noir ! Et Weekly remarque tout de suite qu'il est sur l'enquête et n'hésite pas, lui aussi, à suivre les traces de John, quitte à venir lui mettre des batons dans les roues. Au final, il était là pour être journaliste et ramener un scoop, il finira par être le meilleur ami de John et à l'aider sur des enquêtes en allant prendre des photos inédites faisant avancer les enquêtes en cours. Même si... tout ne se passe pas comme prévu ! Voilà pour les personnages principaux, je pourrais aussi parler de Smirnov, le commissaire de police ami avec John. Mais il ne me semble pas nécessaire de vous en parler. Si tel est le cas, alors je pourrais vous dire chacun des personnages ayant de la valeur pour les yeux de notre héro comme sa soeur ou encore l'amour de sa vie. Mais cela n'en est pas mon intention. " - Qui es-tu pour me juger ? Qu'as-tu de plus qui te rende meilleur que moi ? - La poésie et les couilles " Je pourrais vous parler encore plus longtemps sur la série en globale, vous expliquer même en détail chaque volume, chaque passage ou encore chaque signification des trais de personnages ou simple coup de crayon à un endroit donné pour vous montrer l'importance du style graphique et les choix de nos personnages, la critique sur notre société et surtout la société des années 1950. Oui, je pourrai, mais je vais vous laisser avec ce que je vous ai déjà présenté, il me semble que c'est déjà bien. Pour ne pas non plus vous spoiler l'aventure, sachez toute fois que, comme l'univers de Blacksad est assez sombre, il y a certaines scènes assez difficile pas dans le sens graphique, mais dans la morale, dans la décision que prendra notre héro ou les personnages en général. Les sentiments que ressentent les personnes discriminés. Exemple : "dois-je tuer cette individu ? Mais si je le fais, derrière tout cela, je risque de m'attirer et d'attirer des ennuis pour mes proches. Mais si je ne le fais pas, les meurtres dans cette ville continuerons...". C'est ce que j'aime à la série des Blacksad, son ambiance... Alors, mon avis sur cette Bd, je suppose qu'elle se ressent à chacune de ses lignes. Pas besoin de vous dire à quelle point j'apprécie énormément le travail de Juan et Juanjo, mes deux auteurs de bande dessiné favoris ! Au final, que dire de Blacksad : Un magnifique voyage dans un univers sombre. A acheter ou lire en librairie de toute urgence ! Disponible partout, aussi bien en librairie que sur le net, Blacksad se vend à 13,99€. Un prix raisonnable pour une Bd d'une aussi grande qualité. Comme pour GoT, j'attends le volume 6 avec grande impatience !
    772 Posté par Aykoah
  • 26 Jul 2016
    Hello mes petits renards du web ! Je suis content de vous retrouver pour une toute nouvelle chronique que VOUS avez choisi, enfin... son thème. En effet, le petit sondage que j'ai posté, très petit d'ailleurs, m'a montré que vous vouliez une chronique sur l'actualité insolite du monde geek et gamer ! Pour être franc avec vous, j'ai cherché un petit moment avant de me décider. Entre les drones de Amazon / Le doigt imprimé en 3D ou encore la petite moto avec des roues énormes. Je me suis penché sur le phénomène du moment, depuis sa sortie officielle en France, Pokémon Go ! Je vous voir venir avec vos grands sabots, "encore du pokémon Go, on en a marre !", "franchement, pas besoin d'en rajouter" ou "elles sont où les pizzas aux chorizos (les meilleurs)". Mais bon, ne vous inquiètez pas, quand vous me demandez de l'insolites, je fais tout pour le dénicher. Accrochez-vous bien et préparez-vous à découvrir les dérives de Pokémon Go ! En avant la musique !   PokéDates ou comment draguer avec des créatures ! Ralala, le monde du jeu vidéo nous arretera pas de nous surprendre, surtout ses dérives qui peuvent aller un peu trop loin à mon goût. C'est le cas du service PokéDates proposé par une entreprise Américaine dans le but de faire des rencontres tout en partageant sa passion pour les pokémon. L'idée est pas mal, mais le simple fait de vouloir surfer sur le succés de Pokémon Go et en plus de proposer un système de rencontre (dans le but de trouver votre âme soeur) basé sur le jeu est tout simplement... étrange vous ne trouvez pas ? Je suis d'accord, le concept de pouvoir sociabiliser les gens à travers des rencontres dans le but de faire un morceau de chemin ensemble tout en attrapant des pokémons avec un inconnu de votre ville est pas mal, l'idée même de pouvoir, peut être, trouver l'amour de votre vie aussi. Mais ce qui me chiffone c'est l'explication même de l'entreprise à l'origine de cette application (disponible qu'aux Etats-Unis au passage)   "Les rancards ne devraient pas consister à passer des heures à naviguer, swiper et enchaîner les discussions derrière un ordinateur... mais plutôt à être dehors, rencontrer de nouvelles personnes, et explorer le monde alentour." Avec, à la place de l'ordinateur, son téléphone portable. Intéressant... Après, cela reste une application de rencontre comme toute les autres. Vous devez répondre à un questionnaire permettant de faire votre profil personnalisé ("tu préfère attraper un pokémon ou une femme / homme ?" ). Si, tout fois, vous êtes intéressé et vous êtes à la recherche de votre grand amour, l'application arrivera en France dans les prochains mois et coutera 18€ sachant que la première rencontre, pour les utilisateurs de Pokémon Go, est gratuite. Alors, serez-vous capable de résister à l'appel de cette application ? Pour ma part, oui.   Quand les stars font une attaque éclair. Cette image commence à faire le tour du web, et c'est bien pour cela que je vais vous en parler aujourd'hui !   C'est vrai que c'est flagrant, Rihanna habillée en tant que dresseuse gymnaste Pokémon. Mais peu savent pourquoi elle est comme cela notre belle Rihannou d'amour. En effet, cette histoire est liée de prèt à la sortie de Pokémon Go et de ses concerts. Comme vous le savez, nous pouvez trouver des pokémon un peu partout, même durant des concerts. Pour cela, Rihanna est contre l'utilisation de l'application durant son show. Elle nous le précise lors d'un de ses concerts: "Je ne veux pas vous voir envoyer des textos à vos copains ou copines. Je ne veux pas vous voir entrain d'attraper des Pokémon" Belle initiative de la part de l'artiste qui impose ses lois lors de ses concerts. Il est vrai que le phénomène à tellement prit de l'ampleur que l'on oublie presque la présence des personnes autour de nous lorsque nous sommes face à un ratata de niveau 2.Cette décision prise par Rihanna rappelle sans nul doute celle d'Alicia Keys où ses fans présents lors de concerts n'ont pas le droit d'utiliser leurs smartphones. Ces mêmes fans doivent placer leurs téléphones dans une pochette à l'entrée, l'usage est totalement interdit. Dans un sens, cette pratique est à démocratiser car, voir quelqu'un avec son téléphone en l'air filmant la scène et vous juste derrière, qu'est-ce que vous regardez ? Le concert et l'artiste ou la personne filmant ?   Pour ma part, je suis totalement l'avis de l'artiste ! Et vous ? l'êtes-vous ? Le stage le plus Pokémon du monde ! Avant cette partie, j'allais marqué que "c'est seulement aux Etats-Unis que l'on trouve se genre de folie" puis j'ai continuer à fouiller les actualités geek sur Pokémon et je suis tombé sur le recrutement d'un dresseur Pokémon à Nantes. Comme quoi, la bétise humaine arrive à s'exporter hors des frontières.   N'avez-vous jamais révé de trouver un poste dans une entreprise vous permettant de jouer à votre jeu préféré sans vous cacher ? Et bien, maintenant c'est possible suite à l'annonce du cabinet Persuaders. En effet, le contenu de l'annonce de ce cabinet peut être assez marrant, mais elle est totalement sérieuse et demande un vrai petit Cv : "Persuaders RH (...) recherche dans le cadre de notre développement, Chargé(e) de recrutement H/F et Dresseur de Pokémon expérimenté pour notre centre Pokémon situé à Nantes" Si vous voulez vraiment tenter le coup, comme je l'ai dis juste au dessus, vous devez avec certaines qualités :  Personnellement, je trouve la chose tellement décalée que j'ai eu du mal à croire que cette annonce soit sérieuse. J'ai plus pris la chose comme un buzz surfant sur le succés du jeu pour avoir un maximum de vues / pubs. Au final, je me suis vite trompé, cette annonce est totalement sérieuse et le patron affirme le fait qu'il recherche un dresseur pour "dynamiser" l'entreprise et surtout, l'argument de ventre, c'est que TOUT le monde joue à Pokémon Go à Nantes. Comme tout le reste des villes en France... La guerre des clans ! Ceci n'est pas pour finir la chronique avec une note négative, mais plutôt contre une dénonciation de la chose, encore et toujours, du swatting. Beaucoup connaissent l'affaire de Bibix et de DominGo et de leurs swattings, parfois en live. Et ces personnes savent comme quoi la blague et vraiment de mauvais goût et surtout peut être très dangeureuse.    - Pour les personnes ne connaissant pas encore la pratique du swatting, celui-ci consiste à appeler les forces de l'ordre et de faire une fausse annonce inculpant le streameur pour ensuite le voir se faire arreter par ces mêmes forces de l'ordre en live, devant plusieurs milliers de personnes, dans le simple but d'humilier le streameur. Le tout réalisé par des "rageux" ou des personnes cherchant à se venger de ce même streameur. -   Pourquoi je vous parles de cela ? Qu'est-ce que le swatting vient faire ici ? Et bien, un célèbre streameur, Summit1G, a diffusé hier une partie de Pokémon Go où il jouait tranquillement dans un parc (voir image). Par malheur, il a subit, durant son live, un swatting et vut les forces américains arriver en trombe devant lui, alors qu'il jouait sur son banc à chasser des pokémons avec son ami. En effet, une personne a décider d'appeler le police locale pour la "prévenir" que deux personnes équipées de Kalachnikov AK-47 se trouvaient dans ce même parc, décrivant exactement le portrait du streameur et de son ami. Fort heureusement, les américains connaissent désormais cette pratique et la police prit l'affaire un peu plus à la légère (le simple fait de prendre cela à la légère commence à me faire peur, et si l'affaire été vrai ?). Même si ce cas s'est déroulé aux Etats-Unis, rappellons qu'en France cela existe et que les auteurs de swatting risquent 2 ans d'emprisonnement et 30.000€ d'amende. Car, faire déplacer la police locale pour un canular alors que, peut être, autre part, il y a quelque chose de plus sérieux, c'est vraiment faire preuve d'immaturité et d'incivilité. Avis aux auteurs de swatting ! Et voilà mes petits renards ! J'espère que cette chronique un peu plus longue vous aura plus ! N'hésitez pas à me dire si d'autre faits insolites vous ont plus marqué que d'autre. Rendez-vous au prochain sondage pour la prochaine Chronique ! Bye bouille à vous !
    766 Posté par Aykoah
Tests 733 vues Oct 16, 2016
Gem Play du Dimanche (Aykoah)

Une petite BD fort sympathique qui exprime exactement mon ressenti sur le jeu "Fast Racing Neo". Pour les personnes nostalgiques des F-Zero voir F-zero GX (d'où la GameCube), FRN est son digne successeur, et pour 25€ en disque et 15 en dématerialisé, on va pas cracher dessus. Sachant que, pour l'annecdote, le jeu fut créé par 2 Allemands sortant d'école, seulement 2 gars !! Vous vous rendez-compte du travail qu'ils ont fourni ?! Bref, à bientôt sur les pistes !!



Commentaires

0 commentaire

Inviter_ln_max_title

Inviter_ln_max_descr