Nox
Membres: 0 member(s)

Partager ?

0

Clics ?

0

Viral Lift ?

0%

Catégories

User's Tags

Autres articles

  • 21 Feb 2013
    ClearOS est un system d'exploitation Linux qui a pour but de securiser l'ensemble de votre reseau. A cet effet Il offre tout un panel d'outil, allant du simple Firewall jusqu'au filtrage de port, et en passant par l'anticipation des menaces. Enfin disponible en 64bits, nous avons maintenant la possibilité d'avoir un système performant et optimiser pour les générations de proc 64bit compatible. Pour une bonne installation de ClearOS il vous faudra une box dediée, un disque dur d'au moins 40Go, 2 cartes reseaux pour la version Gateway et 1 seule pour la version StandAlone, 512Mo de RAM et un lecteur CD/DVD. Oui comme vous pouvez le constater il ne faut pas une machine de guerre, il tourne sur tout et n'importe quoi.   Pour télécharger une version de ClearOS vous pouvez vous rendre sur le site de l'editeur ClearOS est une distribution Cent OS   Que vous maitrisiez ou non les commandes Linux, ce petit OS sécurité est fait pour vous. c'est beau, c'est super simple a installer et c'est complet au niveau de la configuration   Tour d'horizon des services Gratuit de ClearOS (Liste non Exhaustive) Directory Server File and Print Flexshares Windows PDC Support Antivirus File Scan Mail Antivirus and Antispam (soon) Zarafa Community Edition (soon) Web Server with PHP MySQL Server Directory Server File and Print Flexshares Windows PDC Support Antivirus File Scan Mail Antivirus and Antispam (soon) Zarafa Community Edition (soon) Web Server with PHP MySQL Server Antimalware Antiphishing Antivirus Content Filter Web Proxy Web Access Control Intrusion Detection Intrusion Prevention Protocol Filter Et bien d'autre encore .....   En plus des services Gratuit, l’équipe ClearOS vous proposera des services payants. Content Filter Updates Intrusion Protection Updates Antimalware Updates Antimalware Premium powered by KasperskyContent Filter Updates Intrusion Protection Updates Antimalware Updates Antimalware Premium powered by Kaspersky Google Apps Synchronization Active Directory Connector Remote Server Backup Antispam Updates Zarafa Small Business Edition (soon) Comme vous pouvez le constater, pour une utilisation à la maison la panoplie des services gratuits sera très largement suffisante. Pour une petite PME peut etre que certain service payant vous seront utile. En plus de fournir un OS complet, ClearOS vous proposera une vente de BOX avec service compris pour mettre ou bon vous semble, mais ceci est réservé au entreprise.   La Communautée est grande autour de ClearOS, ainsi vous trouverez encore plus de service a installer par le biais de leurs site : How To Clear OS Parmi les differents services on retrouvera Transmission qui est un Client Torrent, TeamSpeak 2 et 3, Mumble, Ventrilo, Des Serveurs Dédiés (Left 4 dead 2 par exemple).     Petit Bonus, on peut trouver sur le net des ip a bannir pour eviter qu'hadopi se pointe chez vous 85.159.236.252 85.159.236.253 85.159.236.254 85.159.232.81 85.159.232.82 85.159.232.83 193.107.240.1 193.107.240.2 193.107.240.3 193.107.240.4 82.138.81.211 "ATTENTION RIEN NE GARANTIRA UNE PROTECTION OPTIMALE, pour ce faire, ne faites pas n'importe quoi sur le net, Big Brother Watching You !!!"   D'un point de vu subjectif, j'utilise cette nouvelle version depuis peu de temps, avant j'avais ClearOS 5.2, cette version 6.2 est pleine de ressources, et je dois dire qu'elle est nettement plus rapide que sa grande soeur.     Pour vous donner une idée d'utilisation. J'ai une freeBox Configure ma freebox ainsi : IP : 192.168.1.1 / DMZ vers 192.168.1.254 (mon ClearOS) Le Wifi de ma Free Activé (DHCP donne une IP à mes périphériques sans fil) Mon ClearOS à deux carte reseau : L'arrivée d'internet (192.168.x.x) et la sortie vers mon reseau local (10.x.x.x) j'ai sur ce reseau local (10.x.x.x) mon PC, un NAS J'ai comme services principaux sur mon ClearOS PPTP (VPN) pour permettre à mes periphs wifi de rentrer dans mon réseau 10.x.x.x tous les services Routeur (Firewall, NAT, ...) Tous les service d'anticipation d'attaque (Prévention d'intrusion, filtrage de port, filtrage antiphishing) Ainsi je peux ouvrir a ma guise les ports nécessaire pour jouer au jeux online et pour verrouiller les ports non utilisées.   Bref vous l'aurez compris il est bien complet si vous souhaitez avoir un serveur a domicile qui fait tout pour vous :) securité, mail, ftp,web, antivirus, updateur .....   Enjoy Nox
    4850 Posté par Nox
  • 21 Feb 2013
      Bonjour à tous voici un tuto trouvé sur le net pour faire fonctionner ESXI et Pfsense chez Online.net   --------------------------------------------------- Bonjour à tous, tuto fastidieux pour ceux qui souhaiterai comme moi, mettre en place PfSense sur leur serveur dédié Dedibox.A priori rien de bien compliqué sauf qu'en fait si, d'où ce tuto ! Ce que vous devez avoir avant de commencer :- Un serveur dédié chez Online.net- Vous avez acheté une IP supplémentaire via le portail Online.net (IP Failover) et l'avez associée à votre serveur.- Avoir obtenu une adresse MAC virtuelle pour VMware (toujours via le portail Online.net)- Vous avez déployé ESXI sur votre serveur (toujours via le portail Online.net) L'objectif est d'avoir une architecture de la sorte : INTERNET ------ ESXI ----- PfSense (VM1) -|--- SERVEUR LAN 1 (VM2)                                           |--- SERVEUR LAN 2 (VMx) L'IP publique (la 1ère) sert uniquement à administrer l'ESXI.L'IP publique (failover) sera utilisée pour la patte WAN de votre firewall (PfSense). Configuration d'ESXIDans "Configuration/Mise en réseau"Cliquer sur "Ajouter gestion réseau...", sélectionnez "Machine virtuelle" puis "Créer un commutateur virtuel", appelez-le comme vous voulez ("VM Network LAN" dans mon exemple) et surtout, renseignez un VLAN ID autre que 0 (1 par exemple). Sur ce commutateur virtuel seront reliés tous vos serveurs ainsi que la patte LAN du firewall. Création des VMsC'est ici que ça se complique, vous le verrez ensuite, PfSense doit donc être installé mais surtout un package doit être rajouté une fois l'installation terminée. Pour obtenir ce package il faut bien évidemment une connexion internet chose qui ne fonctionne pas tant que ce package n'est pas installé (). J'ai procédé de la sorte :Création d'une VM PfSense (disque en thin provisionning, important pour la suite) sur un autre ESXI (un ESXI sur lequel la passerelle est dans le même subnet que l'ip publique car c'est ça qui nous pose problème chez Online.net) Je ne vous fait pas le détail de l'installation de PfSense ... pensez juste à mettre 2 cartes réseau (LAN + WAN).Personnellement j'ai fait ça sur mon poste de travail avec VMware Workstation.L'installation de PfSense terminée configurer les 2 interfaces LAN et WAN et accéder à l'interface web de configuration. Sur cette interface allez dans "Système/Packages" et installez le package "Shellcmd".Une fois installé vous pouvez éteindre votre VM et installer VMware Converter sur votre poste de travail. Vous avez compris la suite, sauvegarder via VMware converter la VM que vous venez de créer sur VMware Workstation et déplacer là sur l'ESXI de Online.net (d'ou le Thin provisionning, vous avez ~300Mo à envoyer). Une fois votre VM récupérée de l'autre coté, avant de la démarrer, retournez dans la conf des cartes réseaux de la VM : Carte 1 : Adresse MAC Manuelle : saisissez l'adresse MAC fourni sur le portail Online.net (00:50:56: ...)Etiquette réseau : "VM Network" (le vSwitch principal, PAS celui que vous avez créé tout à l'heure) Carte 2 :Adresse MAC AutomatiqueEtiquette réseau : "VM Network LAN" (ou autre selon le nom que vous avez donné à votre vSwitch secondaire) Démarrez votre VM PfSenseReconfigurer vos interfaces LAN et WAN depuis la ligne de commande via la console ESXI et accéder ensuite à l'interface web de management de PfSense depuis un de vos serveur LAN présent sur l'ESXI (oui je sais c'est un peu contraignant mais de toute façon si vous faite tout ça c'est bien pour mettre d'autres VM derrière non ? ). Une fois sur l'interface web de management :- Vérifiez que le module "Shellcmd" est bien présent (il n'y a pas de raison m'enfin bon ...)- Aller dans "Interfaces/WAN" et spécifiez votre adresse MAC virtuelle dans le champs "MAC address"- Le champ IP address doit contenir votre ip publique failover (/32)- Le champ Gateway est pour l'instant vide. Deux choses à faire :- Configurer "Shellcmd"- Spécifier la gateway ShellcmdAller dans "Services/Shellcmd" et ajoutez les 2 commandes suivantes :route add -inet 88.190.30.1/32 -link -iface em0route add default 88.190.30.1 "88.190.30.1" doit être remplacé par VOTRE passerelle (à priori votre ip publique principale avec un 1 à la fin) GatewayAllez dans "System/routing", dans l'onglet "Gateways", ajoutez votre passerelle.Problème ici, PfSense n'accepte pas que l'on renseigne une passerelle qui n'appartient pas au même sous réseau que l'ip publique. Soit, saisissez donc votre IP publique failover ! (ce n'est que temporaire pas de panique).Cochez bien l'option "Default Gateway" à la création. Allez dans "Diagnostics/Backup-Restore" et sauvegardez votre configuration. Editez là en remplaçant votre ip failover par votre passerelle (attention l'ip failover apparait 2 fois dans la conf, modifiez au bon endroit). Sauvegardez votre conf et rechargez là via "Diagnostics/Backup-Restore". Votre firewall redémarre. Après redémarrage, retournez dans "Interfaces/WAN" et sélectionnez votre passerelle dans la liste, cliquez sur "Save" puis "Apply" en haut de la page. Là PfSense ne répond plus sur l'interface web, aller sur la console ESXI et faite un redémarrage du serveur. Ça devrait être bon.(Pensez à renseigner les DNS dans "System/General Setup" !) Vos VM auront donc une adresse LAN uniquement (attention à bien rattacher la carte réseau de vos serveur sur le vSwitch créé manuellement), la passerelle à renseigner étant l'adresse LAN du serveur PfSense. J'espère n'avoir rien oublié ! Un grand merci à Scruffy, qui m'a mis sur la bonne voie pour la mise en place de PfSense. Il y a sûrement des méthodes plus simple, n'hésitez pas à les proposer ! (en tout cas la mienne fonctionne ) -------------------------------------------------------------------- Sources En cas de souci avec ce tutos, je ne peux que trop vous conseillez de passer par le forum Online.net quoi qu'il en soit ceci fonctionne tres bien.   enjoy Nox
    2686 Posté par Nox
  • 21 Feb 2013
      A la recherche de soins.   Cela fait maintenant 3 jours que nous échappons aux zombies, nous ne sortons que pour manger et boire. L’armement dont nous disposons n’est pas très performant, j’ai la chance d’avoir une carabine, mon frère, lui, n’ayant plus de cartouche de fusil, se promène avec une hache. Mais voila que notre dernière promenade nous a causé des bleus et des blessures, nous avons tout les deux perdu pas mal de sang. Je refuse de voir mon frère dans cet état. Hier soir nous nous sommes arrêtés prés d’une usine, dans laquelle j’ai trouvé des vivres et à boire. Maintenant il va falloir aller en ville pour prendre des médicaments. C’est une obligation, nous ne pouvons pas continuer comme ça. ---------------- La ville la plus proche est Berezino, elle est à une heure de marche. Le matin se lève, mon frère dort encore, je lui laisse un mot ‘’Ne bouge pas je reviendrai vers 13h si tout ce passe bien, si je ne suis pas là à 14h, c’est que j’aurai échoué’’. J’ai repéré sur ma carte une petite ville, Nizhove, je vais tenter ma chance là-bas pour trouver des vivres pour la route et peut être des balles pour mon arme. Une fois sur place je me rends compte que les zombies sont attirés par moi. Le soleil est mon pire ennemi du moment, je suis extrêmement visible. Je n’ai pas le temps de partir que me voila encerclé. J'arme mon fusil et je tire dans la tête du plus près de moi. Elle vole en éclats dans une gerbe de sang. C’était très intelligent de ma part, maintenant j’ai toute la ville à mes trousses. Je zigzague dans la forêt mais je n’arrive pas à semer mes agresseurs, à croire que nos amis les zombies ont pris de l’Energy Drink. Je suis essoufflé, je n’en peux plus. Pas le choix, je me retourne et j’engage le combat. #BANG# #BANG# #BANG# La première balle fût la balle de la chance, elle passa entre le crane du zombie et termina sa course dans la tête d’un second zombie. La balle suivante toucha la jambe, et il s’écroula au sol. Son appétit n’en fût que plus intense, il continua à ramper malgré le trou béant dans sa jambe. Le troisième tir toucha je ne sais où mais en tout cas mon agresseur tomba au sol. Il me reste encore 5 types à semer et je n’ai plus que 2 balles. Je vais devoir la jouer fine... J’aperçois une ferme au loin, et une cuve d’essence. Ma chance serait qu’elle contienne un peut d’essence pour que je puisse tirer dedans et embraser tout ce beau monde. J’ouvre une boite de fayots, et la jette sur la cuve. Les 20 mètres d’avances que j’ai suffiront peut être. BINGO ! Les zombies sont attirés par mes fayots. Je contourne le bâtiment, je suis maintenant loin de la cuve, ils ont fini par se taper dessus, ma balle passa a travers la tête de l’un d’entre eux avant d'atteindre la soupape de la cuve qui explose aussitôt. C’est ma chance, je repars en direction de Berezino. ---------------- 30 minutes plus tard j’étais non loin de la grande ville, j’ouvre ma carte pour préparer un plan d’attaque. L’objectif de la mission : rentrer dans la ville, un tour au supermarché pour le plein de vivres, un tour à la pharmacie. Pour terminer, sortir de la ville aussi discrètement que pour l’entrée. Je suis en train de ramper dans le jardin d’une maison, d’innombrables zombies sont autour de moi. J’entends leurs râles, je peux sentir leur odeur de moisi. En face de moi de l’autre coté de la rue, une arche, des objets sont parterre. Je ne vois pas bien ce que c’est, quand je pose mon regard sur un sac a dos plus grand que le miens ! « Parfait, je vais pouvoir rapporter encore plus de choses !» Je regarde à droite et à gauche, pas pour voir si une voiture arrive, mais plus pour vérifier que la voie est libre. Rien, c’est bon, je rampe en tentant de faire le moins de bruit possible. Enfin devant mon nouveau sac, je me dépêche de prendre tout ce que je peux et je continue mon chemin vers le supermarché.  C’est bien ma chance, il est rempli de zombies, mais certains sont tout frais, ce sont des survivants qui voulaient certainement faire le plein eux aussi. Je n’ai pas beaucoup de choix, mon dernier repas a terminé contre une citerne d’essence. Toujours en mode "razmoquette", je me dirige vers la porte de derrière. Je peux compter 5 zombies à l’intérieur, cette fois-ci ne faisons pas de bruit, ca m’éviterai pas mal d’ennuis. Bon alors de quoi ai-je besoin ? Dans le rayon conserves, il reste des flageolets « à croire que personne n'aime ça », une boite de spaghetti « je ne savais même pas que ça existait, ça doit être dégueu, mais bon par les temps qui courent, ne faisons pas la fine bouche ». Passons maintenant au rayon boissons, c’est vide ou cassé. Bon vite fait au rayon bricolage. Je récupère une boussole, une paire de jumelles, et une montre que je mets dans mon sac à dos. C’est le moment de sortir, je me retourne et 3 zombies viennent d’arriver devant la porte de derrière. Je regarde la porte d’entrée, il y a une dizaine de zombies devant. Bon, ça va être tendu mais c’est encore jouable. Je vois une bouteille de gaz à l’arrière du bâtiment, je vais faire un carnage ! Je prends les chargeurs que j’ai trouvés dans le sac, ils sont compatibles avec mon fusil, ça me fait une vingtaine de balles.  J’engage le combat, je prends les 5 à l’arrière, je tire sur le premier : une balle en pleine tête. Je fais de même avec le second et le troisième. Dans l’arrière couloir du magasin il y a maintenant des bouts de viande pourrie pleins les murs. Je me dirige en courant vers la sortie, je vise le quatrième zombie, la balle ricoche et lui explose la mâchoire. Au passage je lui mets un coup de crosse suffisamment fort pour lui éclater la tête. Derrière moi ça se bouscule au portillon, la dizaine de zombies, plus quelques autres alertés par les bruits de tirs, se presse dans le couloir. J’ai encore accès a ma bouteille de gaz, je craque une torche que je jette au milieu de la horde, j’arme mon fusil et tire sur la bouteille. #Bang# Raté, je retente ma chance... # BANG# Raté je ne suis pas loin, je crois que le stress commence à monter, c’est ma dernière chance, le dernier zombie qui me bouche la sortie, est en train de me foncer dessus, et en face de moi la horde est toujours aussi grandissante. « On se concentre un peu. » J’arme mon fusil, je retiens ma respiration pour faire le moins de mouvement possible, et je presse la détente. #BANG# La balle touche en plein centre la bouteille de gaz, elle explose et propulse la horde contre le mur opposé. Je me retourne et esquive le dernier zombie. Il tombe à terre en essayant de m’accrocher. Je me jette sur lui les deux pieds en avant. Sa tête céde sous mon poids. Je sors en courant pour me cacher dans les jardins publiques. ---------------- Bon, première phase de ma mission réglée, passons à la seconde phase : trouver l’hôpital. Sur ma carte j’ai une croix rouge sur un bâtiment, mais je ne sais pas très bien où je suis dans la ville, ma course folle m'a fait un peu perdre mon orientation. Je me dirige vers une fontaine, j’en profite pour boire un coup et remplir les gourdes. En levant les yeux j’aperçois sur un mur une inscription qui me fait chaud au cœur. #MEDICAL# Parfait ! Je vais longer le bâtiment et chercher l’entrée. En face de moi des zombies, derrière moi des zombies, sur ma gauche un mur, sur ma droite le bâtiment médical avec un renfoncement. Je me dirige discrètement vers le renfoncement, et miracle :  une échelle donne sur le toit. Je m’empresse de monter et ainsi être tranquille. Une fois en haut, je trouve un survivant, entrain de dépouiller un autre survivant visiblement mort, une hache dans la tête. J’arme mon fusil et je lance « Qui es-tu ? » Il se retourne et sur sa veste je vois ce que je cherche : des poches de sang prêtes à être transfusées. Il me répond « mon frère, je ne suis pas méchant. » Il se retourne vers le cadavre et repose les yeux sur moi. Je lui lance «  Ce n’est pas la réponse que j’attendais mec ! » Je surveille ses mains, rien, par contre, à sa ceinture je peux voir un flingue. « Lève les bras, et touche pas à ton flingue ! » Il rétorque «mon flingue est vide et en plus si tu tires tu vas attirer tous les zombies de la ville ». Je lui dis « ils sont trop occupés à éteindre le feu au supermarché ». Il se dirige vers une échelle sur sa droite, il est à une quarantaine de mètres devant moi. Soudain, la porte du toit claque et des mains moisies en sortent, accompagnées des grognements. Je lui dis « J’AI BESOIN DE SANG POUR MON FRERE, DONNE MOI UNE POCHE S’IL TE PLAIT ». Il me regarde et me souris « c’est la vie mec, pense qu’une fois mort il reviendra te bouffer » et il se précipite vers l’échelle. L’accès au toit céda sous le poids des zombies. J’engage le survivant, ma balle ricoche sur l’échelle, et termine sa course dans sa jambes. Je pars en courant à sa rencontre. Il dégaine son flingue et me tire dessus, il me touche au bras. Je fais une roulade pour me mettre à l’abri. Il y a désormais une bonne dizaine de zombies sur le toit, lui au sol près de l’échelle, et moi derrière un radiateur de climatisation. Une partie des monstres commence à déjeuner le premier cadavre, l’autre partie se dirige vers mon adversaire. Je vais attendre qu’ils fassent le nécessaire pour moi ca m’évitera de gaspiller des balles pour lui. Je l’entends qui tire, une balle, puis une seconde, une troisième, puis un cri effroyable. Je jette un œil, je vois 3 zombies au sol, un sur lui, les autres toujours sur le premier cadavre. Je prends mon couteau de chasse, je m’approche discrètement et je le lance en direction du monstre solitaire. Le couteau touche son but, comme quoi je me débrouille mieux au couteau qu’au fusil. ---------------- Je lance un regard sur le groupe de monstre toujours en plein repas. Je me rapproche donc du cadavre près de l’échelle. Je prends les deux perfusions que je mets dans mon sac. Je n’oublie pas non plus mon couteau de chasse dans la tête du zombie. Encore un regard vers la horde, rien n’à signaler. Je me dirige vers mon échelle d’arrivée, je regarde en bas, il n’y a plus de zombies dans les parages. Je descends les marches et me dirige vers la sortie de la ville. Je découvre dans un fossé, une moto. Je vais voir si elle roule... Je la lève, monte dessus, et la démarre : c’est mon ticket de sortie, le réservoir est presque plein ! Je sors de la ville à toute vitesse, les zombies qui me poursuivent ne le font pas longtemps. Je vais mettre moins de temps que prévu pour rejoindre mon frère.   A suivre …  
    1768 Posté par Nox
  • 21 Feb 2013
      Elles sont là, les nouvelles bombes d'Nvidia, de quoi donner un coup de fouet a vos jeux ! Rien ne lui résistera ! Du coup je pense que nous allons investir dans ce genre de cartes pour nos prochains tests. Le GPU GeForce GTX 670 combine d’excellentes performances et une faible consommation. La technologie GPU Boost augmente automatiquement les fréquences d'horloge pour des performances maximales. Les nouveaux modes d’anti-aliasing suppriment les artefacts visuels sans réduire le nombre d’images par seconde. La technologie NVIDIA Surroundvous permet de jouer sur trois écrans à partir d’une seule carte graphique. Architecture Kepler Kepler est l’architecture de GPU la plus avancée jamais conçue par NVIDIA. Spécialement optimisée pour DirectX 11, Kepler n’est pas seulement rapide, elle assure également une consommation réduite.         Performances plus rapides Jouez sans aucune limite avec la technologie NVIDIA GPU Boost, qui augmente automatiquement les fréquences d'horloge pour que vous puissiez tirer le meilleur de chaque jeu.         Graphismes plus fluides Adaptive V-Sync optimise le rendu de chaque image pour éliminer les artefacts visuels et améliorer les performances.         Jouabilité plus réaliste Grâce au mode NVIDIA Surround, jouez à vos jeux PC favoris sur trois écrans simultanément. Activez les technologies PhysX et 3D Vision Vision pour renforcer votre immersion.         Architecture Kepler Kepler, la nouvelle architecture de GPU conçue par NVIDIA, offre un maximum de performances dans les derniers jeux DirectX 11 ainsi qu’une autonomie exceptionnelle. Le nouveau multiprocesseur de flux SMX est deux fois plus efficace par rapport à la génération précédente, et le nouveau moteur géométrique affiche les triangles deux fois plus vite. Au final, vous obtenez des performances incomparables et une qualité d’image exceptionnelle avec une carte graphique à basse consommation.   NVIDIA GPU Boost Jusqu’à présent, les processeurs graphiques (GPU) fonctionnaient à une fréquence fixe dans les jeux 3D, même lorsqu’ils pouvaient s’exécuter plus rapidement. La technologie GPU Boost surveille la charge du GPU et augmente sa fréquence si nécessaire. Résultat, votre GPU fonctionne au maximum de ses capacités pour vous offrir un excellent frame rate et une expérience de jeu ultime. Voir la vidéo GPU Boost   NVIDIA Adaptive Vertical Sync Il n’y a rien de plus énervant que de jouer avec des problèmes de ralentissement ou de tearing, qui interviennent respectivement lorsque le nombre d’images par seconde est trop faible ou trop élevé. La Synchronisation verticale adaptive (Adaptive V-Sync) est la solution. Quand le nombre d’images par seconde est élevé, la Synchronisation verticale élimine le tearing. Lorsque le nombre d’images par seconde diminue, elle prévient tout ralentissement de l’affichage. Les artefacts visuels disparaissent et vous pouvez vous concentrer sur vos jeux !   Compatibilité NVIDIA® 3D Vision™1 Les GPU GeForce supportent la technologie NVIDIA 3D Vision et vous offrent une expérience de 3D relief incroyablement immersive sur PC. Combinaison de lunettes sans fil de haute technologie et d’une solution logicielle de pointe, 3D Vision transforme automatiquement des centaines de jeux PC en 3D relief. En plus, regardez des films en 3D relief et des photographies numériques en 3D relief pour une expérience éblouissante et interactive.   NVIDIA Surround avec un total de quatre écrans2 Jouez à vos jeux favoris sur trois écrans simultanément et vivez une expérience époustouflante ! Étendez l’affichage jusqu’en 5760x1080, profitez d’une meilleure vision périphérique et renforcez votre immersion en plongeant au cœur des jeux de course ou des simulateurs de vol. Vous pouvez même brancher un quatrième écran pour accéder pendant que vous jouez à vos e-mails, vos sites Internet et vos applications.   Deux nouveaux modes d’anti-aliasing : FXAA et TXAA L’anti-aliasing permet de lisser l’affichage et de réduire les effets d’escalier. Cependant, cette fonction monopolise une grande puissance de traitement. Le FXAA est une nouvelle technologie d’anti-aliasing qui améliore la fluidité du rendu graphique sans impacter les performances. De plus, avec les GPU basés sur l’architecture Kepler, vous pouvez activer le FXAA dans des centaines de jeux via le Panneau de configuration NVIDIA. LE TXAA est une option intégrée qui renforce la fidélité visuelle en combinant MSAA, filtrage temporel et post-traitement.   Technologie NVIDIA SLI®3 Plébiscité par les joueurs les plus exigeants du monde entier, le mode SLI vous permet de relier jusqu’à trois cartes graphiques GeForce GTX 670 pour obtenir des performances phénoménales. Grâce à l’expérience de NVIDIA en matière de mises à jour logicielles, vous bénéficiez de performances ultimes dans les meilleurs jeux, aujourd'hui comme demain.   Technologie NVIDIA® PhysX® Le support intégral de la technologie NVIDIA PhysX permet de nouvelles interactions physiques pour garantir des effets plus dynamiques et plus réalistes, pour une meilleure expérience de jeu.     Source : Nvidia
    1294 Posté par Nox
607 vues Feb 21, 2013
Storie : Rico

 

Je fais un rapide état des les lieux : je tâte mes jambes, j’ai beaucoup de chance, les deux balles de Rico me sont passées à travers. J’entends les bruits gutturaux des zombies envahir l’usine, mon sang doit les attirer. Je prends ce qui reste de ma chemise carbonisée, je me fais deux garrots bien serrés pour arrêter le sang de couler.

------------------

Je tente de me relever,  mes jambes flageolent et je m’écroule à genoux. J’ai repéré une tente militaire lors de notre arrivée en ville, je vais me glisser jusque là-bas pour voir s’il y a des médicaments disponibles. J’aurai bien besoin de morphine et de bandages.

Je descends d’un étage, je me fige de terreur, il y a déjà une bonne dizaine de zombies à l’intérieur du bâtiment, ils sont en train de déambuler. Je n’ai même pas le temps de faire demi-tour que l’un d’eux me prend en chasse. Je remonte tant bien que mal, une main froide et décharnée m’agrippe le pied. Je serre les dents et je lui mets un coup de pied dans la tête. Ça le fais lâcher prise un court instant. Juste ce qu’il me faut pour sortir de là.

Je ne vais pas avoir trente-six solutions pour sortir de là, je grimpe encore un étage. La chance me sourit enfin, c’était une usine de recyclage et en face de moi, je vois une espèce de convoyeur qui relie le rez-de-chaussée à l’étage. Du coup ça me fait un grand toboggan, je me retourne pour voir où en sont mes agresseurs, je repère le premier avec la marque le ma chaussure sur le front, il est suivi par une dizaine d’autres brutes.

Je serre encore les dents, je me lève et je me mets à courir vers cette machine, ça me fait un mal de chien, mes deux garrots sont en train de lâcher, je perds de plus en plus de sang, mais je n’ai pas le choix, je dois arriver là-bas avant eux.

Je ne suis plus qu’à cinq mètres environ de mon point d’extraction quand je percute une machine que ne j’avais pas vue dans l’obscurité. Je perds l’équilibre, je tente le tout pour le tout, avec l’élan je me jette dans la direction du convoyeur.

Me voila en train de glisser sur une bonne vingtaine de mètres. J’essaye de garder tant bien que mal le cap pour ne pas tomber de la machine car la chute me serait fatale. Apres une minute de descente, je jette un œil derrière moi pour vérifier si mes agresseurs sont toujours à mes trousses. Je suis rassuré de ne voir personne d’autre que moi de partant pour un tour de toboggan.

Je me dirige ensuite vers les tentes médicales aperçues plus tôt le matin, la nuit commence à tomber, c’est ma chance, la nuit tous les murs sont gris, moi y compris. Du coup je passerai bien plus inaperçu. Mon objectif principal est simple : me soigner et partir le plus vite possible au camp pour sortir Jill des mains de Rico.

--------------------

 Me voila devant les tentes, je fais un rapide checkup, j’ai du sang plein les pantalons, je n’ai plus de garrot, et j’ai horriblement mal. Je rentre dans la première tente, je ne trouve rien de plus que des cadavres refroidis de militaires. J’en attrape un qui a le même gabarit que moi et  je lui prends ses habits. Dans la tente suivante, je trouve un carton de médicaments, il y a des antibiotiques, une dizaine de poches de sang, des bandages et de l’alcool médical. Je me fais deux beaux pansements et je prends le nécessaire pour m’en refaire d’autres.  Dans la dernière tente, je trouve un homme habillé en blouse maculée de sang, il me tourne le dos et regarde un tas de cadavres. Je lance un « hey ho … vous pouvez m’aider ? », il ne bouge pas. Je m’approche de lui, je lui mets la main sur l’épaule… Je n’ai pas le temps de lui dire une seconde phrase qu’il se retourne, son visage est complètement mangé, des vers grouillent, il se jette sur moi pour me bouffer la carotide. J’ai juste le temps d’esquiver sa première attaque de mâchoire, qu’il réitère. Cette seconde est arrêtée net par ma lampe torche, je n’ai trouvé que ça à lui mettre sous la dent. Je repère dans sa blouse un stylet de morphine, j’ai vraiment besoin de ça, il va falloir que je me débarrasse de ce médecin peu qualifié dans la chirurgie faciale.

Je prends mon courage à deux mains, je lui mets mes deux pouces dans les yeux et fais le même geste que l’on fait pour casser des œufs. Ici c’est nettement plus dur, mais je mets toute la force nécessaire, j’entends petit à petit son crane céder sous la pression de mes doigts, un terrible craquement a lieu et je me prends une gerbe de sang dessus.

Je me dégage vite fait et prends la morphine, je le fouille et par chance je trouve également du Valium et des antibiotiques. Je me fais un beau cocktail avec tout ça, ce qui fini par me remettre sur pieds définitivement. Maintenant je fais le point sur mon état, j’ai mal mais c’est très largement supportable, j’ai changé de vêtement, j’ai même trouvé un pare-balles kevlar, j’ai pris ma dose de médoc pour l’année à venir.  Il me faut trouver un moyen de locomotion, je vais allez voir en ville si je trouve quelque chose.

------------------

Voilà maintenant 10 minutes que je fuis, je longe les murs, j’arrive à éviter les hordes. Il faut que je trouve un véhicule, je tente de me frayer un chemin jusqu’au supermarché pour trouver de la bouffe. Arrivé à une dizaine de mètres de l’entrée, je scrute vite fait les lieux, je vois des phares arriver au loin. Une moto vient de pointer le bout de son nez. Je me tapis dans l’ombre et j’observe la scène.

Un motard vient d’arriver en roue libre jusqu’au parking pour éviter de faire du bruit. Un type en descend, je vois qu’il prend les clés. Il me les faut si je veux partir ave, je ne sais pas si c’est un ami ou un ennemi et je ne vais pas avoir trop le temps de discuter avec lui.

Il vient de rentrer par l’avant et commence à remplir son sac. J’en profite pour faire le tour et renter par derrière. Nous voilà tous les deux à l’intérieur du bâtiment, je reste dans l’ombre, je cherche une arme, je n’ai d’autre choix que de prendre une hache de pompier. Je déloge discrètement l’arme de sa boite, je me mets en position et j’attends que le pillard pointe le bout de son nez à l’angle du mur.

Je l’entends arriver, je sens le stress monter, je suis prêt. Une odeur dérangeante fait son apparition, à vrai dire ça fait un moment que ça pue, mais là c’est pire, un courant d’air fétide. Je me retourne pour vérifier les lieux. Je viens de percuter qu’il y a un cadavre, dans l’arrière-boutique, le problème c’est qu’il est en train de se relever. Le pillard fait beaucoup de bruit, c’est certainement à cause de ça que le sauvage se diriger vers lui.

J’entends le pillard dire «  merde j’ai plus de place dans mon sac, je me casse je reviendrai peut être ! » Je n’ai pas le choix il faut que je fasse vite, très vite :

-          Aidez-moi !

-           Qui est là ? demande le pillard

-          Au secours ! Venez m’aider !

J’entends le pillard venir dans le couloir, je me prépare et à l’aveugle je lance ma hache dans l’angle du couloir, j’y mets toute la force que je peux dedans. Un bruit sourd se fait entendre, du sang gicle sur les murs. Je regarde le point d’impact, la hache a terminé sa course dans le cou du pillard, il tombe à terre telle une poupée de chiffon.

Je me jette sur lui pour le fouiller, tout ce bruit a excité le zombie derrière moi, il commence à baver et à hurler. Je me dépêche de faire les poches du mort, par chance je trouve rapidement les clés. Je pose mon pied sur la tête de la victime, je tire sur ma hache pour la sortir de son cou. Le zombie n’est plus qu’à environ cinq mètres de moi, il faut que je m’en débarrasse aussi.

Je tire de toutes mes forces, le cou fini par céder, avec l’élan la pointe de la hache termine sa course dans la tempe du zombie, un sacré coup de chance. Je la lâche et je me dirige vers la moto. Je regarde les sacoches qui y sont accrochées. Il y a dedans de quoi me rassasier, un Glock 17 et 6 chargeurs. Parfait je suis maintenant équipé et je vais me diriger vers le camp de la Team Sapin. J’espère arriver avant Rico ! Je sors de la ville avec une horde qui me pourchasse, mais heureusement le phare fonctionne et la route est dégagée, je peux donc mettre les gaz en direction du camp.

-------------------------

Apres une quinzaine de minutes de route j’arrive non loin du camp. Normalement des snipers sont embusqués pour surveiller l’entrée du camp. Je fais une sorte de code avec mes phares pour montrer que je sais, en retour j’ai une lumière qui me fait signe. Je me dirige à toute vitesse dessus, j’annonce le problème qui est en route.

Nous décidons de tendre une embuscade, notre mission c’est de tuer tout le groupe qui arrive, parmi eux le chef et, à mon avis, une bonne partie du gang. Mes amis se planquent dans les buissons, j’allume le feu de camp, je lance une torche rouge, c’est pour indiquer à Jill que nous savons et que nous sommes prêt.

Quelques minutes plus tard, j’entends des véhicules arriver au camp. Rico descend avec Jill en bouclier, derrière lui six bandits. Armé de fusils et de pistolets ils s’approchent du feu de camp dans ma direction. Ils ne sont pas très intelligents car aucun d’eux ne se mets en position ou tente de me contourner. Ils arrivent la bouche en coeur. Rico me lance :

« J’en étais sûr, elle nous a promené depuis 1h ta copine »

Il lâche Jill et lui met un grand coup de crosse dans le dos, Jill s’écroule en étouffant un bruit de douleur.

« JILL !!!, t’es un vrai conard Rico »

« Lève les mains abruti, tu nous as devancé et du coup tout le monde s’est barré »

Je ne peux contenir un large sourire :

« Tout juste mec »

J’ai en face de moi, sept hommes complètement à découvert, je n’ai pas d’arme mais les embusqués oui. Rico me pointe de son fusil et me dit :

« Je vais te faire la peau, et cette fois je ne te laisserai pas en vie ! »

« Attend mec, avant que tu me tue, j’aimerai te faire un tour de magie… »

« Ouais si tu veux, c’est con comme dernière volonté »

« Regarde derrière toi, tu vois tes gars ?»

Rico se retourne et acquiesce.

Rico me regarde droit dans les yeux, je prends un stick light bleu :

« Ouvre tes esgourdes et tes mirettes… »

Je craque la lumière et je couvre les silencieux des embusqués :

« ABRACADABRA ! »

Les six bandits tombent au sol sans un bruit.

« … et voilà ! Maintenant tu es tout seul ! »

Rico se retourne, je ne lui laisse pas le temps de réfléchir, je me mets à courir dans sa direction, j’appelle :

« JILL, JILL, j’ai besoin de toi ! »

Jill se mets sur le dos, me sort un couteau de sa botte, et le jette en l’air. Rico m’entend et se retourne vers moi, j’attrape le couteau de Jill et je le lance sur Rico. Je touche le bras avec lequel il tient son arme. Sous la douleur Rico la lâche, je termine ma course en face de lui, son fusil n’a même pas le temps de toucher le sol que je l’attrape et je termine avec le canon sur sa tête.

« Ton règne est terminé CONARD ! »

Rico n’a pas le temps de dire quoi que ce soit, j’appuie sur la gâchette, sa tête vole en éclats. Le silence revient dans la plaine. Je me retourne vers Jill.

« Merci poulette ! »

« De rien mec, tu peux m’aider à me relever ? »

« Oui bien sûr »

Je relève Jill et j’annonce aux embusqués que c’est terminé. Maintenant que nous avons une moto, nous allons pouvoir nous rapprocher de la cote.

 

Suite à cet incident avec les bandits, l’équipe de snipers se repose autour d’un feu de camp. Demain sera une journée bien plus difficile. Est-ce que la cote est pleine de bateaux de guerre ou est-ce que c’est la mort qui rode. Nous ne tarderons pas de le savoir !



Inviter_ln_max_title

Inviter_ln_max_descr